Revue de presse

 

VAR MATIN – Publié le 18/03/2018 par P. Ma.

Début mars, la toute nouvelle galerie Inna Khimich présentait sa première exposition « Toulon et la côte varoise » composée d’œuvres de 14 artistes venant de cultures et pays divers. Inna Khimich, d’origine ukrainienne, a tout d’abord été violoniste, ce qui lui a permis d’exprimer sa sensibilité artistique. Elle a ensuite été juriste qui s’avère être un atout pour diriger une galerie.

CHARMÉE COMME JULES VERNE

Polyglotte (français, anglais, russe, ukrainien), elle a également tissé des liens avec l’Asie.

« Ouvrir une galerie au Mourillon n’est en rien le fruit du hasard. Nous souhaitions participer au cadre de vie qu’offre ce quartier.
Jules Verne et Pierre Loti ont également succombé à son charme », précise-t-elle.

La galerie va alterner une exposition collective comme celle-ci avec trois expositions solos.

La première, programmée à partir du 14 avril, est consacrée à Yann Rebeck, avant une nouvelle exposition collective cet été.

« Il faut faire tourner les artistes et les œuvres », estime Inna Khimich.

À cet effet, elle monte également des partenariats, afin de favoriser les échanges, avec d’autres galeries (Athena à Binic, Chevalier d’Art en Nouvelle-Calédonie) et participe à des salons internationaux, comme le renommé Shangai Art Fair.

 

Lire l’article sur Var Matin…